L’eau

Face à la réduction du débit des cours d’eau, aux sécheresses estivales de plus en plus fréquentes et à l’augmentation de la population, l’eau potable est plus que jamais une ressource à préserver. Économiser l’eau c’est réaliser des économies financières et préserver la ressource.

Le saviez-vous ?

  • 150 Litres : c’est la consommation d’eau moyenne par jour d’un Français.
    La quantité d’eau consommée chaque jour par les habitants de la Métropole de Lyon représente l’équivalent de 82 piscines olympiques !
  • Une famille de 2 adultes et 2 enfants consomme annuellement 120 m3 d’eau… soit l’équivalent d’une piscine.
Répartition de nos consommations domestiques

Nous pouvons réduire les consommations de la plupart des usages de l’eau en associant deux actions :

  • L’installation d’équipements performants : réducteurs de débits sur les robinets ; chasse d’eau et douchettes éco ; lave-vaisselle et lave-linge performants…
  • Un travail sur les comportements : privilégier les douches courtes aux grands bains ; couper l’eau quand on se savonne ou quand on se brosse les dents ; réparer les fuites rapidement…
  • Pour aller plus loin : en maison individuelle, l’installation d’une cuve de récupération d’eau pluviale permet de pouvoir arroser le jardin sans utiliser de l’eau potable ; pour le lavage de la voiture, il vaut mieux privilégier les stations de lavage qui sont équipées pour traiter les eaux usées.

Quelques repères sur l'eau dans notre quotidien

  • 1 m3 = 1 000 litres
  • Consommation moyenne des ménages en France : entre 35 et 50 m3 par personne et par an, soit 95 à 150 litres d’eau par jour.
  • Prix de l’eau moyen : 3,50€ le m3 avec abonnement.
  • Une consommation de 150 m3/an, foyer de 3 personnes, entraîne une facture de l’ordre de 525 €, abonnement compris.
  • Consommation d’eau chaude sanitaire : environ 30 litres par jour et par personne.
  • La salle de bain et les toilettes représentent le plus gros poste de consommation d’eau du logement, environ 60%.

De nombreuses solutions existent pour faire des économies d’eau, elles peuvent être réalisées facilement et permettent d’économiser sur les factures d’eau et d’énergie !

Quelques bonnes pratiques

  • Utiliser l’eau avec sobriété et à bon escient.
  • Préférer la douche au bain, prendre des douches avec coupure et limiter la durée des douches à 4 minutes. Il existe des sabliers pour vous aider.
  • Couper l’eau autant que possible : pendant le lavage des mains, le brossage des dents, le rasage, en lavant la vaisselle.
  • Utiliser un verre pour se rincer les dents et un bac pour rincer la vaisselle.
  • Remplir complètement le lave-linge et le lave-vaisselle avant usage. L’acquisition d’un lave-vaisselle et d’un lave-linge économiques en énergie et en eau (classe A++) doit être envisagée.
  • Récupérer l’eau de la douche en attendant l’arrivée de l’eau chaude, de lavage des légumes, … Cette eau peut servir à arroser les plantes, le jardin, nettoyer les sols, tirer la chasse d’eau, se faire un bain de pied, …

Des liens utiles :

Réduire la pression

La pression du réseau d’eau peut varier de 1,5 à 6 bars, une pression « normale » se situe à 3 bars. 
Une trop forte pression dans les canalisations provoque des coups de « bélier » ce qui abîme prématurément les pompes des machines à laver et augmente le débit d’eau aux robinets. L’installation d’un réducteur de pression permet d’y remédier.

Astuce : Votre pression est trop élevée (> 4 bars) si vous remplissez un seau de 10 litres en moins de 35 secondes – Coût : 50€ de matériel + 50€ de pose

Utiliser le bon matériel

Pour les toilettes

  • Chasse d’eau interrompable : ce système permet de stopper la chasse d’eau en fonction du besoin : soit en appuyant une deuxième fois pour un bouton poussoir ou en relâchant la tirette – Coût : entre 30 et 40€ ; soit à l’aide d’un poids installé sur le système de chasse d’eau – Coût : entre 4 et 8€
  • Chasse d’eau double commande : le système de chasse d’eau double flux (3 ou 6 litres) permet de vider partiellement ou entièrement le réservoir de la chasse d’eau en fonction des besoins. Attention : si vous adaptez ce système à un réservoir d’une capacité de 9 litres, il aura un fonctionnement de 4,5 ou 9 litres – Coût : autour de 35€ (éviter les matériels bas de gamme) / Coût réservoir de chasse d’eau (matériel + pose) : entre 100 et 150€
  • Plaquette / bouteille : le principe est d’occuper de l’espace dans le réservoir afin de diminuer le volume d’eau disponible ; différentes solutions existent : le sac WC : économies pour une diminution de 2 litres par chasse : 8 m3 pour une famille de 4 personnes, soit 20€/an – Coût : entre 3€ et 7€ ; la plaquette WC : économies : 2 à 3 litres d’eau par chasse – Coût : 10€
  • Les toilettes sèches : les toilettes sèches ne requièrent aucune utilisation d’eau. Plusieurs technologies existent (à compost / à séparation etc.) pouvant convenir aux différentes contraintes d’usage ou de bâtiment. Elles conviennent mieux aux ménages disposant d’une zone de compostage (jardin par ex.) mais il n’existe pas d’interdiction formelle et générale concernant leur utilisation en zone urbaine ou en habitat collectif. Vous pouvez les construire vous-même ou les acheter telles quelles.

Pour la douche

Le débit d’une pomme de douche classique est de 12 à 20 litres/minute sous une pression de 3 bars. Un bain consomme entre 120 et 200 litres. Une douche de 4 minutes sans interruption consomme de 50 à 80 litres d’eau, soit un coût de l’ordre de 250 à 300€/an sur la facture d’une famille de 4 personnes.

  • Une pomme de douche économe permet de réduire le débit d’eau en procurant le même confort d’utilisation. Débit conseillé : 8 litres/minute – Coût : entre 15 et 25€
  • Réducteur de débit : il se positionne entre le robinet et le flexible. Débit conseillé : 8 litres/minute – Coût : entre 7 et 10€
  • Mitigeur et Mitigeur thermostatique : le mitigeur permet un réglage plus rapide et plus précis de la température de l’eau et donc, de réaliser des économies d’eau et d’énergie. En effet, il évite de régler séparément l’eau froide et l’eau chaude comme le font les mélangeurs. Le mitigeur thermostatique permet de prérégler la température désirée de l’eau chaude – Coût : de 50 à 150€

Pour le lavabo et l’évier

Sous une pression standard de 3 bars, un robinet débite au minimum 12 litres/minute et peut aller jusqu’à 30 litres/minute en cas de pression trop importante.

  • Réducteur de débit : appelés aussi mousseurs, ils permettent de diminuer le débit à la sortie de votre robinet. Débits conseillés pour le lavabo de la salle de bains : 2,5 litres/minute en cas de stockage par cumulus ; 5 litres/minute pour une chaudière instantanée afin d’assurer son déclenchement. Débit conseillé pour l’évier de la cuisine : 5 l/min – Coût : entre 4 et 9€
    Conseils :
    un réducteur dit « autorégulé » assure la même réduction de débit même si la pression de votre système est supérieure à 3 bars.
  • Mitigeur : le mitigeur permet un réglage plus rapide de la température désirée et donc de faire des économies d’eau et d’énergie.
    Conseils : choisir un mitigeur dont la forme et le diamètre du robinet sont compatibles avec l’installation d’un réducteur de débit – Coût : entre 60 et 100€

La plupart de ces matériels d’économie d’eau sont disponibles dans les magasins de bricolage et sur internet.

À la chasse aux fuites !

Les fuites d’eau sont responsables d’une surconsommation que vous pouvez payer cher :

  • Un robinet qui goutte peut gaspiller 120 litres par jour, soit environ 150 €/an,
  • Une chasse d’eau qui fuit gaspille entre 140 et 600 litres par jour, soit un coût de 180 à 770 €/an.

Pour repérer une fuite d’eau, relevez les chiffres sur fonds noir et blanc de votre compteur le soir et le matin suivant sans avoir utilisé d’eau pendant une période d’absence (nuit, week-end, vacances). Si vous constatez une augmentation entre les deux relevés, c’est qu’il y a une fuite.

Astuce : mettre du colorant alimentaire dans le réservoir des toilettes, si la couleur se diffuse dans la cuvette, c’est qu’il y a une fuite d’eau. Identifier d’où vient la fuite pour la réparer, faire éventuellement appel à un plombier. Des joints en bon état permettent d’éviter les fuites d’eau, vérifiez-les régulièrement.

Et pourquoi pas l'eau de pluie ?

Utiliser de l’eau de pluie pour certains usages

La récupération de l’eau de pluie et son usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments est réglementée par l’arrêté du 21 août 2008. Dans le cadre de cet arrêté, les seuls usages autorisés sont :

  • Usages extérieurs (arrosage, lavage des véhicules, etc.) ;
  • Alimentation des chasses d’eau de WC et lavage des sols ;
  • À titre expérimental, lavage du linge, sous réserve d’un traitement adapté de l’eau de pluie ;
  • Usages professionnels et industriels, à l’exception de ceux requérant l’usage d’une eau potable.

Stocker l’eau de pluie : quelle cuve pour quelle quantité ?

Évaluer ses besoins en fonction des utilisations envisagées (toilettes, lavage extérieur, jardin…) permet de dimensionner au mieux son système de récupération d’eau.

Estimer vos besoins et votre potentiel de récupération : Fiche « récupération de l’eau de pluie ».

Différents types de cuves existent :

  • Les cuves extérieures : installées près de la descente de gouttière, ces cuves de faible capacité sont destinées à un usage extérieur. Elles sont vidangées en hiver pour éviter le gel et doivent être équipées d’un couvercle verrouillable pour protéger l’eau des UV et par souci de sécurité (risque de noyade). La gamme va de la simple bassine à des cuves plus esthétiques.
  • Les cuves enterrées : elles sont en général destinées aux stockages importants à usage domestique. Outre l’absence d’impact visuel, l’intérêt de cette solution est que l’eau est conservée à l’abri de la lumière et à la température du sol. Cela évite le développement bactérien et le risque de gel. Elles doivent être placées à proximité de la maison, en général entre 2 et 10m et être équipées d’une trappe de visite.
    Quelles aides financières ?
    Des collectivités dont certaines pionnières en matière de récupération d’eau pluviale proposent des subventions financières pour encourager la démarche. La ville de Lorient a par exemple inauguré un dispositif d’incitation dès 2002. Il repose sur l’achat groupé de cuves pour des usages extérieurs. Les deux modèles proposés, d’une capacité de 300 et 1 300 litres, sont ensuite revendus à prix réduit, respectivement 30 et 100€.

Quelles aides financières ?

Des collectivités dont certaines pionnières en matière de récupération d’eau pluviale proposent des subventions financières pour encourager la démarche. La ville de Lorient a par exemple inauguré un dispositif d’incitation dès 2002. Il repose sur l’achat groupé de cuves pour des usages extérieurs. Les deux modèles proposés, d’une capacité de 300 et 1 300 litres, sont ensuite revendus à prix réduit, respectivement 30 et 100€.

Et les toilettes sèches ?

De l’eau potable dans nos toilettes !!
20 % de l’eau potable utilisée dans les ménages français l’est dans les toilettes. Si l’utilisation d’eau de pluie pour les sanitaires s’avère complexe, l’installation de toilettes sèches est une solution intéressante.

Les toilettes sèches ne requièrent aucune utilisation d’eau. Plusieurs systèmes existent (à compost / à séparation, etc.) pouvant convenir aux différentes contraintes d’usage ou de bâtiment. Elles conviennent aux ménages disposant d’une zone de compostage (jardin par exemple). Vous pouvez les construire vous-même ou les acheter telles quelles.

Dans certaines zones non raccordées au tout à l’égout, des municipalités peuvent faire le choix des toilettes sèches. Dans le Grand Lyon, le Parc de Parilly est pourvu d’une toilette sèche depuis 2011.

Information sur les toilettes sèches : www.toilettesdumonde.org/

Suivre ses consommations d'eau

Un suivi régulier de vos consommations d’eau permet d’anticiper le montant de votre prochaine facture et de vérifier les mètres cubes économisés suite aux actions que vous mettez en place.

  • Le compteur d’eau
 : votre compteur peut se situer à l’extérieur du logement (le plus souvent quand on habite une maison) ou à l’intérieur (en général dans les toilettes ou la salle de bain).
  • Le suivi manuel : (avec ce tableau)
 Relevez les chiffres sur fond noir (m3) (une relève mensuelle est suffisante). Vous pouvez ensuite noter vos relevés dans le tableau ci-dessous. Ne remplissez le tableau qu’avec vos relevés et allez ensuite sur l’onglet « consommations »
  • Le suivi automatique (ou télé relève) : De plus en plus de compteurs d’eau permettent de faire de la télé-relève automatique (compteurs communicants). Ainsi, les mesures sont facilitées (de nombreux compteurs d’eau sont difficiles d’accès) et la facture est directement établie en fonction des consommations réelles (il n’y a donc plus d’estimation de consommation). Dans ce cas, votre consommation est accessible sur le site internet de votre distributeur d’eau via un espace client sécurisé.

Liens utiles pour suivre vos consommations d’eau

  • Pour suivre vos consommations d’eau et d’énergie : www.ecolometre.com/
  • Pour faire des simulations de consommation d’eau : www.oieau.org/consommation/
  • Pour tester et mesurer vos consommations chez vous : empruntez la « b’watt », notre mallette d’outils de mesures pour mieux comprendre vos consommations d’eau et d’énergie chez vous.